Romancier, dramaturge et professeur de littérature, Fernando est également blogueur quand le temps le lui permet.

Il est né à Barcelone en 1977, mais il déménage très vite à Madrid. À seulement dix neuf ans, Il publie son premier roman, « In(h)armónicos » puis, quelques mois après sa première pièce de théâtre, « Mañana me caso » est jouée.
Depuis, Fernando n’a jamais cessé d’écrire, d’être publié et ses pièces représentées jusqu’à aujourd’hui.

Dans tout ce qu’il écrit, Fernando porte un intérêt spécial à approfondir la psychologie des personnages et à offrir en même temps un portrait complexe et reconnaissable de notre temps.

« La littérature qui m’intéresse, est celle qui nous permet de parcourir les arêtes de notre temps et qui préfère le compromis à l’évasion », dit-il.

Fernando est l’auteur du livre L’âge de la colère, traduit de l’espagnol La edad de la ira ce livre a été troisième finaliste au Prix Nadal (équivalent du Prix Goncourt) en 2010 et est devenu aujourd’hui lecture obligatoire dans beaucoup de lycées espagnols pour les élèves de 1ère et Terminale. Il a, entre autres, publié des titres comme « La inmortalidad del cangrejo » ou « Las vidas que inventamos ». Fernando s’est même initié au roman jeunesse avec « El reino de las tres lunas ». En tant que dramaturge, il a écrit des œuvres si variées comme « EL sexo que sucede », « Tour de force », « Cuando fuimos dos » ou, tout dernièrement, « De mutuo desacuerdo » .

«  Aujourd’hui encore, je ne sais pas si je suis un romancier qui écrit du théâtre ou un dramaturge qui écrit des romans, mais ce de quoi je suis sûr est que, au delà du genre, la littérature est indispensable dans ma vie. Je ne peux pas m’imaginer d’une autre façon qui ne soit pas en inventant, en créant et en rêvant des nouvelles histoires où, sous mille déguisements différents, je cache et mets à nue beaucoup de moi même ».

L’âge de la colère